Optimisation de la combustion avec une chaudière à granulés à modulation automatique

chaudière à granulés

Publié le : 27 août 20236 mins de lecture

Alternative efficace dans le cadre de la transition énergétique, un poêle à bois granulés permet d’investir dans un équipement peu énergivore et écologique. Néanmoins, il est toujours recommandé de veiller à optimiser la combustion de son matériel en utilisant diverses astuces pratiques et efficaces. Pour ce faire, il est important d’assurer un entretien régulier, et de tenir compte de la place nécessaire à l’installation et stockage des pellets, en veillant à ce que le fabricant dispose d’un réseau assez large pour bénéficier d’un SAV efficace.

L’équipement en quelques lignes

La chaudière à granulés est un équipement de chauffage au bois automatique bénéficiant d’une régulation précise de température. Il offre un fonctionnement nettement amélioré par rapport à un équipement traditionnel, basé sur les mêmes principes physiques.

Etant équipé d’une réserve de granulés de bois (pellets), l’équipement adopte un combustible respectant les normes au niveau de l’humidité et du taux de cendres, avec en plus des tailles homogènes. En l’occurrence, ces détails permettent l’automatisation du chauffage dans la mesure où les pellets passent du réservoir vers la chambre de combustion par le biais d’un motoréducteur entraînant une vis sans fin. Ainsi, quand la chaudière est allumée, une bougie d’allumage enflamme les granulés de bois.

L’entretien de la combustion se fait à travers la chute régulière des granulés. Grâce à l’extracteur, la chaleur des fumées est récupérée avant l’évacuation, avant d’être diffusée dans les pièces par un ventilateur tangentiel. Pour prendre soin de votre équipement, engie-homeservices.fr vous propose ses services tout au long de l’année.

Le fonctionnement de la chaudière

Afin d’optimiser la combustion d’une chaudière à granulés à modulation automatique, il convient de bien respecter l’utilisation de l’équipement.

La phase d’allumage

Le bon fonctionnement de l’équipement est basé sur le démarrage, tout comme l’optimisation de la combustion, d’où l’intérêt de bien le comprendre et de bien le respecter. Cette étape inclut le triangle de combustion, qui représente la réaction chimique entre l’oxygène de l’air et les pellets suite à la chaleur émise par la bougie d’allumage. Une fois que la touche de lancement « ON » est mise en marche, celle-ci commence à se préchauffer. De son côté, la vis sans fin est activée pour mettre les pellets dans le creuset, tandis que l’extracteur des fumées amène l’air comburant, de manière à faire naître la flamme. La vitesse de l’extracteur augmente ensuite pour fournir plus d’air de manière stabiliser la flamme. Une fois que la température atteint les 70°C, le ventilateur commence à diffuser de la chaleur dans la pièce.

La combustion

A cette étape, l’équipement ne nécessite plus la chaleur de la bougie, d’où la baisse de la consommation allant jusqu’à 50 W. La chute régulière des pellets et l’apport continu d’air comburant entretient la combustion.

Le nettoyage et l’extinction

Il s’agit de deux phases incontournables pour un fonctionnement optimal. Le nettoyage du brasier permet de brûler les résidus de pellets dans le creuset tout en évitant que cela ne bouche les orifices d’air comburant.

Quant à l’arrêt du chauffage, il s’effectue quand le ventilateur augmente en vitesse pour refroidir l’équipement. Dans tous les cas, consultez l’article de Engie Home Services pour en savoir plus.

Les dispositions adéquates pour optimiser la combustion

Afin d’optimiser la combustion de sa chaudière, il est nécessaire d’observer quelques dispositions utiles. En l’occurrence, il faut ajuster la combustion de manière correcte pour réduire le débit d’air, et ce, en augmentant le débit de granulés au besoin.

Il est également important de procéder à la vérification de l’étanchéité de la porte pour éviter la circulation d’air, la réduire au minimum. La flamme ne doit pas être molle, et le foyer ne doit disposer d’aucun granulé non brûlé dans le creuset.

Pour avoir une combustion correcte, la flamme doit être vive, de couleur blanche et jaune, et surtout le foyer doit inclure peu de granulés non brûlés dans le brasero.

L’installateur doit effectuer les réglages cachés dans le menu technique. Plusieurs heures sont nécessaires avant les réglages des paramètres. Pour s’assurer du bon niveau de flamme, un léger voile blanchâtre apparait sur la vitre. Si jamais la vitre est noircie, cela témoigne de granulés humides et du manque d’air.

En plus de l’optimisation de la combustion, il faut aussi s’assurer de la sécurisation du chauffage. Au niveau des éléments mécaniques, les granulés du réservoir ne s’embrasent pas grâce au bouclier thermique qui le préserve pour rester froid. De plus, la hauteur de chute existant entre le brasier et le réservoir permet d’éviter la relation directe entre les deux éléments.

D’un autre côté, un creuset sale, des granulés humides ou une bougie défaillante peut être à la source d’une accumulation de fumée dans la chambre de combustion. De ce fait, pour éviter une combustion difficile, il est important de veiller à l’entretien et à la qualité de ces éléments.

Dans tous les cas, il faut retenir que les énergies non renouvelables peuvent être utilisées sous réserve que l’utilisation soit correcte et que les conditions soient respectées pour le respect de l’environnement.


Comment réduire votre facture de chauffage avec des fenêtres à haut rendement énergétique ?
Comment choisir son fournisseur d’énergie ?

Plan du site